Aller au contenu

Consolidation mnésique : fais une pause pour progresser

  • par
offline gains

As-tu déjà pratiqué une tâche qui présentait un défi et, en laissant quelques jours s’écouler avant de l’exécuter à nouveau, as remarqué qu’elle semblait plus facile ? C’est grâce à la consolidation mnésique ; un processus d’acquisition qui s’enclenche après, et non pendant, que l’on effectue une certaine tâche (jouer d’un instrument, apprendre une chorégraphie, etc.).

Durant cette phase de consolidation, ou plutôt d’acquisition, on a souvent l’impression d’être stagnant et de ne pas progresser. Pourtant, la partie de notre cerveau qui traite la tâche sur laquelle nous avons travaillé est toujours active, l’assimilant ainsi même lorsqu’on ne la pratique pas.1Diva Lugassy et al. Consolidation of complex motor skill learning: evidence for a delayed offline process. Sleep, Volume 41, Issue 9, September 2018 Formidable, non ?

Cet article résume une étude effectuée par Marlene Bönstrup et al. qui suggère que pour mieux assimiler une nouvelle compétence, prendre le temps de faire quelques pauses régulièrement (seulement 10 secondes à chaque fois) pendant la pratique de cette compétence est beaucoup plus efficace que de la pratiquer sans faire de pause pendant son exécution.2Marlene Bönstrup et al. A Rapid Form of Offline Consolidation in Skill Learning. Current Biology, Volume 29, Issue 8, April 2019 Encore plus intéressant : l’acquisition d’une nouvelle compétence n’est pas, contrairement à la croyance populaire, dépendante du sommeil uniquement. Chaque fois que notre cerveau ne travaille pas directement sur cette compétence, l’acquisition se produit, que l’on dorme ou non. Donc, nous n’apprenons pas pendant l’exécution d’une tâche, mais après l’avoir exécuté.3Dezso Nemeth et al. Sleep has no critical role in implicit motor sequence learning in young and old adults. Experimental Brain Research, Volume 201, Issue 2, March 2010

Je trouve cette découverte remarquable, non seulement parce qu’elle souligne l’importance de faire une pause dans un monde où “more is better” est un maître mot, mais aussi parce qu’elle démontre que le dicton “pratique et le reste viendra” n’est pas si exact que ça.

Apprendre un nouveau mouvement par exemple n’est pas seulement lié à la répétition de ce dernier, puisque beaucoup d’autres facteurs contribuent à sa rétention – faire une pause étant l’un de ces facteurs. Est-ce que cela pourrait en partie expliquer pourquoi certaines personnes assimilent plus rapidement de nouveaux mouvements que leurs congénères ? Voilà une question qui demande plus d’investigation.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

1) Diva Lugassy et al. Consolidation of complex motor skill learning: evidence for a delayed offline process. Sleep, Volume 41, Issue 9, September 2018

2) Marlene Bönstrup et al. A Rapid Form of Offline Consolidation in Skill Learning. Current Biology, Volume 29, Issue 8, April 2019

3) Dezso Nemeth et al. Sleep has no critical role in implicit motor sequence learning in young and old adults. Experimental Brain Research, Volume 201, Issue 2, March 2010